Follow:
Aventure, Décisions, émotions, Voyage

La Corée du Sud, ce destin

Cette question me revient très régulièrement et je suis toujours heureuse de pouvoir y répondre. Cependant il n’est pas toujours facile de rentrer dans les détails . Raconter une expérience aussi profonde relève de notre intimité et il n’est pas évident de s’exprimer si facilement sur des sentiments aussi forts. Aujourd’hui, je vous réponds  le plus honnêtement possible.

2010, l’année de mon baccalauréat. La question de l’avenir est permanente et je ne trouve pas ma voie. Cette année est difficile, je n’aime pas le système éducatif français. Je me sens perdue et dans le flou total.

A cette époque je découvre pour la première fois le groupe de Kpop Shinee. Ma première réaction fut l’incompréhension face à ces étranges coupes de cheveux et cette langue nouvelle. Je ne suis pas fan. Je regarde cette vidéo de loin, sans me douter un instant qu’elle va changer le cours de ma vie. Par la suite, je me plonge dans de nombreux dramas , à titre d’exemple: le célèbre ” Boys Over Flowers” et je deviens même une fan inconditionnée de Kim Hyun Joong ( et oui je suis aussi passée par cette phase). DBSK, SS501, SNSD, Wonder Girls, Big Bang, Bi Rain, Super Junior , Boa, Son Dambi ont bercé mon année .                                                                        

À cette époque la Corée du Sud est un pays encore inconnu.

Quelques mois plus tard, une amie de l’époque m’annonce qu’elle part s’installer à Séoul pour une année. Je suis contente pour elle et tant qu’à faire elle me propose d’aller venir la voir en février, dans ce pays mystérieux. La classe. Je me retrouve dans l’avion pour 12 heures de vol. J’arrive à l’aéroport de Seoul, aéroport futuriste et qui me laisse bouche bée.Le décalage technologique avec Paris est énorme. Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. Je vis mon premier choc culturel.

Je prends le bus: destination HONGDAE là où loge mon amie. Là aussi je suis surprise par les écrans de télévision à bord du bus, les sièges moelleux et l’air conditionnée. Il faut bien entendu pouvoir ajouter un point négatif à ce service de qualité: le chauffeur de bus. J’ai vu ma vie défiler plus d’une fois:le chauffeur faisait du 180 km/h sur les routes: du jamais vu.

Arrivée à destination, je me souviens parfaitement de ma première réaction face à tous ces Coréens: je n’osais pas les regarder. Par peur de les déranger ou tout simplement parce que je me sentais comme une étrangère face à eux. Ce sentiment était étrange, mais quelques jours plus tard je m’y suis faite. Dans la culture Asiatique, il est mal vu de regarder quelqu’un dans les yeux. Est-ce que j’ai intégré inconsciemment cet élément dans ma façon de me comporter dans la société Coréenne ? Est-ce une coïncidence ? Qui sait .

Je suis donc restée deux semaines à Séoul: entre les rencontres imprévues, bouleversantes, les cafés à thème, les immenses buildings, la musique permanente dans les rues, les supermarchés ouverts h24 7/7, les Séoulites si accueillants , si attachants. Je traiterais de tous ces éléments dans un prochain article. Ce voyage m’a fait comprendre à quel point la sensation de liberté était importante. L’indépendance, apprendre à se connaître, s’adapter à une culture si lointaine de la nôtre, vivre sa vie tout simplement.

En rentrant en France, je n’avais plus qu’une obsession: retourner vivre en Corée du Sud. C’est donc ce que j’ai fait après l’obtention de mon bac. À mon tour de goûter à cette indépendance.

Je suis restée une année à Séoul. Là-bas j’étais dans un institut de langue à Yonsei Université ( au Nord Ouest de Seoul) et j’ai appris la langue. Le Coréen est une langue raffinée, j’en suis tombée amoureuse. Malheureusement je n’ai réussi qu’à atteindre le niveau 3 correspondant à un niveau intermédiaire. Un an, ça passe vite. Au bout de cette année, j’ai fait le choix le plus difficile de ma vie: retourner en France pour commencer mes “vraies” études. Je ne vous cache pas qu’inconsciemment, je regrette. Mais on m’a toujours dit que faire un choix c’est en refuser un autre. Ce choix je l’ai fait et cette année en Septembre, je vais être diplômée Psychologue du Travail et j’en suis fière ! On ne fait pas des choix par hasard, je vous assure.

Depuis je retourne en Corée du Sud chaque année pendant un mois. Cette année, ce sera la septième fois . Chaque retour en France est une déchirure. Cette expérience m’a beaucoup apportée et m’a aidée dans une phase de ma vie où j’avais du mal à trouver mon identité . Je pourrais rédiger encore des heures à ce sujet mais je vais terminer sur cette belle phrase qui résume mon état d’esprit quotidien …

” Ne pas trouver sa voie n’est pas un échec, l’essentiel est de trouver le sens de sa vie ” 

Share:
Next Post

You may also like

3 Comments

  • Reply Alice

    En te suivant sur FB, je me demandais comment tu faisais pour voyager autant en Asie, ton article m’a donné la réponse. Je pense que beaucoup de personnes qui aiment la Corée sont passées par les dramas et les k-pop (moi la première; merci la vague hallyu 😀 ).
    Prévois-tu de retourner vivre là-bas? Tu décris chaque retour en France comme une déchirure, n’est-ce pas le signe que ce pays est fait pour toi? 🙂

    27/06/2016 at 14:37
    • Reply mycosyseoul

      Je ne prévois pas de vivre en Corée du Sud, du moins pas pour le moment . Je n’ai pas pris la voie la plus simple pour trouver un travail là-bas mais comme je le dis souvent on ne sait pas de quoi demain sera fait ! Effectivement, c’est une déchirure un peu comme son premier amour. Mon année à Séoul m’a fait grandir, je resterai toujours attachée à ce pays . Ceci explique mes allers retours permanents 🙂

      01/07/2016 at 08:41
  • Reply mycosyseoul

    Je ne prévois pas de vivre en Corée du Sud, du moins pas pour le moment . Je n’ai pas pris la voie la plus simple pour trouver un travail là-bas mais comme je le dis souvent on ne sait pas de quoi demain sera fait ! Effectivement, c’est une déchirure un peu comme son premier amour. Mon année à Séoul m’a fait grandir, je resterai toujours attachée à ce pays . Ceci explique mes allers retours permanents 🙂

    01/07/2016 at 08:41
  • Leave a Reply