Follow:
Décisions, Interview

Quand l’amour bat les différences ❤

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’amour et pour cela je vous donne la parole.

Pour certains le couple mixte rime avec histoire impossible, discrimination, menace et pour d’autres le couple mixte est la preuve que l’amour est bien plus fort que les préjugés.

 

J’ai moi-même vécu une histoire d’amour avec un Sud-Coréen, histoire tumultueuse que j’aborde très peu encore aujourd’hui. A l’époque, il était encore rare de voir des couples mixtes dans les rues de Séoul. Malgré des débuts dignes d’un conte de fée, notre couple n’a pas tenu, faute de compréhension culturelle et de personnalités trop … impulsives. Il m’était difficile de m’exprimer sur cette relation et d’entendre raison, les émotions étaient bien trop fortes. Je retire tout de même des points positifs à cette expérience :

Cette mixité fut un excellent moyen de cultiver mon ouverture d’esprit et d’accepter plus facilement les opinions divergentes.

Nos expériences sont diverses. L’amour de la différence existe et c’est pour cela que je souhaite lire vos témoignages.

Aujourd’hui je donne la parole à Jasmine, une jeune Lilloise de 21 ans, en couple avec Soran, 20 ans, qui effectue son service militaire en Corée du Sud.  C’est avec honnêteté et délicatesse qu’elle se livre à nous.

13595609_10208408160059949_136511647_n

Crédit: Jasmine

Je pense que c’était magique pour tous les deux, juste le fait d’être à un endroit aussi magnifique ensemble. Comme on a toujours un temps limité lorsqu’on se voit, je pense qu’on a appris tous les deux à profiter du temps au maximum. Juste à être ensemble et à apprécier toutes les petites choses qui paraissent normales quand on se voit tous les jours

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, moi c’est Jasmine, je suis Lilloise et j’ai 21 ans. Mon petit-ami coréen s’appelle Soran, il a 20 ans et fait en ce moment son service militaire obligatoire en Corée. La première fois que je suis allée en Corée du Sud, c’était mon premier voyage toute seule pendant l’été après avoir passé mon BAC. Je suis partie en 2013 faire du volontariat pendant 1 mois à Busan, où j’étais avec pleins de jeunes internationaux et coréens pour travailler ensemble la journée en donnant des coups de main aux gens du village (construction, peinture etc…) en échange d’être logés et nourris directement là-bas. Ensuite, j’ai fait une licence de Sciences Politiques, durant laquelle j’ai fait mon semestre d’échange à Séoul pendant 5 mois en 2014. Et enfin, l’année dernière en août 2015, je suis partie un an en Corée étudier le coréen à Sogang University.

Comment vous êtes-vous rencontrés avec Soran ?

Avant de retourner en Corée en 2015, j’étais en contact avec plusieurs personnes coréennes via Kakaotalk pour justement commencer à m’entrainer en coréen. Au tout début j’ai rencontré Soran comme ça, un peu par hasard sur une application de language exchange. On a parlé pendant deux mois presque tous les jours de tout et de rien, sans vraiment penser qu’on allait se rencontrer un jour, et honnêtement qui aurait cru un jour qu’on en arriverait là. Après deux mois passés à parler comme ça, il est parti à l’armée fin juin 2015, et là pendant toute sa période de « training », forcément il n’y avait aucune possibilité de se contacter.

Entre temps  je suis arrivée en Corée, je m’étais installée et j’allais à l’université. Puis un beau jour en septembre j’ai reçu un email de Soran me disant qu’il avait terminé sa période d’entrainement militaire et qu’il allait pouvoir aller dans son camp définitif, et il voulait mon numéro de téléphone que je lui ai donné. Et puis à partir du moment où il a pu avoir accès au téléphone, il m’a appelé tous les jours, et on passait de plus en plus de temps ensemble au téléphone (mais tout de même un temps restreint puisqu’il est à l’armée…).

En fait, ça peut paraitre bizarre pour certain et impossible pour d’autres, mais on est tous les deux tombés amoureux l’un de l’autre au fil de nos conversations téléphoniques.

On parlait de plus en plus comme un couple et on avait qu’une envie c’était de se rencontrer durant ses premières vacances. Maintenant quand on y reparle, c’est vrai qu’on était très très stressé chacun de notre côté de peur de ne pas plaire à l’autre parce qu’on ne s’était jamais vu en réalité. Ça aurait pu être tout ou rien… Mais quand on s’est rencontré paf…

 On est tombés dans les bras l’un de l’autre dès le premier jour de ses vacances le 4 novembre 2015 et il a tout de suite emménagé chez moi.

Pour moi c’était comme un grand rêve au début, il était bien réel et encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Et depuis, chaque précieuses journées de vacance qu’il a, on les a toujours passées ensemble, et je suis allée lui rendre visite plusieurs fois directement dans son camp militaire aussi.

Pendant les premiers mois quels ont été les problèmes rencontrés ( barrière de la langue..) ?  Quelle langue parlez-vous dans votre couple ?

Du coup, les premiers mois de notre relation ont été un peu particuliers, et toujours au jour d’aujourd’hui également d’ailleurs, puisqu’il fait son service militaire et qu’on peut se voir rarement, souvent tous les deux mois une semaine seulement. Il arrive à m’appeler tous les jours, parfois juste quelques minutes, parfois une heure, tout dépend de son emploi du temps.

On est tous les deux quasi bilingue anglais du coup on a jamais eu de problèmes de communication. Je parle un peu coréen, et lui s’est mis au français aussi. Je dirai que la seule difficulté qu’on a, c’est la distance et le fait qu’on ne puisse pas se contacter quand on le veut.

Tout est limité aux règles strictes de l’armée, et c’est le plus dur.

Quelles sont les différences culturelles que vous pouvez remarquer au sein de votre couple ?

Soran a vécu dix ans en Australie quand il était enfant et a pu voyager, et j’ai pu voyager beaucoup également et vécu en Corée un peu, du coup je pense qu’on a eu moins de difficultés avec les différences culturelles. Je pense juste à un petit problème qu’on a eu, mais qui reste minime, quand il a mis du temps à comprendre que même s’il était mon copain, je pouvais quand même rencontrer des amis garçons. Mais après plusieurs discussions, il a bien compris. En Corée il y a encore beaucoup de monde qui pensent qu’une simple amitié entre une femme et un homme reste impossible. De mon côté j’ai dû apprendre tout de la culture militaire, que je ne connaissais absolument pas. Mais objectivement je dirais que nous n’avons pas du tout eu de gros problèmes concernant les différences culturelles.

Si vous vivez une relation à distance, comment la gérez-vous ?

A cause du service militaire, c’est vrai qu’on peut dire que même lorsque je suis en Corée, nous vivons d’une certaine façon une relation à distance. Je suis au Nord à Séoul, il est à l’opposé au Sud, et on ne se voit que très rarement. En ce moment je suis en France pour deux mois car c’est l’été, donc c’est encore moins facile avec le décalage horaire. Mais dans tous les cas nous n’avons pas le choix, donc même si c’est difficile, on sait que ce sera fini en mars prochain et que c’est une épreuve à passer.

Présentations aux familles en France et en Coréen: quelles ont été vos appréhensions?

La présentation aux familles a été quelque chose que j’ai beaucoup appréhendée du fait que je sois étrangère. La famille de mon copain est assez particulière et à un lourd passé, du coup ça s’est déroulé dans des circonstances particulières aussi.

J’ai rencontré son père, sa tante et son oncle : toute sa famille. Heureusement, je connaissais la culture coréenne et je pouvais parler un peu coréen, du coup ils m’ont tout de suite très apprécié et maintenant ils me chouchoutent comme si j’étais leur propre fille ! Je ne m’attendais pas du tout à cette réaction et j’étais surprise de voir à quel point il le prenait bien. Par contre, j’ai trouvé parfois qu’ils avaient tendance à s’immiscer un peu trop dans ma vie personnelle, bien que tout vienne toujours d’un bon sentiment. Nous nous sommes toujours rencontrés à l’extérieur dans un restaurant, jamais directement chez eux.

De mon côté, ma famille a pu rencontrer Soran seulement par Skype et en parlant anglais, mais tout s’est bien passé.

Etes-vous mariés ?

Nous ne sommes bien évidemment pas encore mariés, mais nous nous sommes fiancés. Tous les deux, on en a pas vraiment parlé autour de nous, seulement aux parents et à quelques amis proches.

Mais c’est surtout pour se promettre tous les deux que l’on s’attendra, peu importe les difficultés et le temps que cela mettra

Un souvenir qui vous a le plus marqué avec Soran ?

C’est difficile de choisir un seul moment, mais je dirais que c’est la journée où je suis allée le chercher directement à son camp militaire pour passer quelques heures avec lui en mars dernier. J’ai quand même fait 12h de trajet aller-retour… mais alors ça valait tellement le coup. Il a pu sortir de son camp, qui est très éloigné de tout, et du coup on était directement face à la mer sur des falaises. J’ai pu rencontrer queques autres soldats, qui étaient trop timide pour me parler… en même temps là où ils sont il n’y a déjà que rarement des citoyens, mais alors en plus des filles… et en plus étrangères… Le paysage était magnifique et il faisait très beau, on était juste heureux d’être ensemble parce que ça faisait plus d’un mois qu’on ne s’était pas vu, et qu’après ça on allait devoir encore attendre longtemps. Je pense que c’était magique pour tous les deux, juste le fait d’être à un endroit aussi magnifique ensemble. Comme on a toujours un temps limité lorsqu’on se voit, je pense qu’on a appris tous les deux à profiter du temps au maximum. Juste être ensemble et apprécier toutes les petites choses qui paraissent normal quand on se voit tous les jours.

La vision du couple mixte en Corée du Sud a évolué, selon vous comment les anciennes générations réagissent à ce « changement » ? Est-ce vraiment difficile de conjuguer deux cultures ?

Honnêtement, en nous promenant à Séoul on a jamais eu le moindre problème. Des regards curieux, certes, mais jamais rien de plus. Par contre c’est vrai que lorsque je suis allée le voir plusieurs fois près de son camp militaire dans le Sud, dans une ville très peu touristique, et qu’on voyait une blonde aux côtés d’un coréen en uniforme militaire, c’est vrai que les regards étaient beaucoup plus curieux et insistants, certains venaient même discuter avec nous. Je voyais quelques couples mixtes aussi à Séoul, même si ça ne court pas les rues il y en a quand même. Pour moi ça a toujours été du positif.

Conjuguer les deux cultures ne semble pas être un problème non plus. Certes on ne vit pas encore ensemble, mais pour avoir passé des semaines entières ensemble sans se quitter une minute, s’ il y avait eu des différences culturelles importantes, je les aurais vu. Je pense que si deux personnes s’aiment vraiment et sont prêtes à faire des sacrifices pour vivre ensemble, les différences culturelles seront présentes plus ou moins selon les couples, mais ne feront au final que renforcer leur relation. Par exemple, c’est difficile de s’énerver contre quelqu’un qui ne parle pas votre langue maternelle, il va falloir lui expliquer, lui traduire… et en fait le temps de faire ça, vous serez déjà calmé.

Qui dit deux langues différentes dit beaucoup plus de communication pour se comprendre, et je pense que ça ne peut que découler sur du positif dans un couple.

Merci Jasmine pour ton authenticité. Ton histoire est particulièrement touchante et je ne peux que vous souhaiter du bonheur pour la suite ❤

 

Share:
Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply